Quel régime matrimonial choisir pour un créateur d’entreprise / chef d’entreprise ?

15 Jan, 2018 | Famille, Société

Protéger son patrimoine personnel est indispensable pour un créateur ou chef d’entreprise. Toutefois, il doit également pouvoir présenter des garanties auprès de ses financeurs (actionnaires, organismes bancaire..) afin d’assurer la pérennité de son entreprise. Il est donc compte tenu de ces paramètres d’être vigilant sur le choix du régime matrimonial et la rédaction de l’éventuel contrat de mariage.

 

Qu’est ce que « le régime matrimonial » ?

Les époux et leur patrimoine sont soumis à un ensemble de règles juridiques appelées « régime matrimonial », qui fixe les droits et obligations de chacun des époux sur les biens et les dettes.

Trois grands types de régimes matrimoniaux coexistent : la séparation de biens, la communauté légale et la participation aux acquêts. Chacun de ces régimes peut être personnalisé par des clauses figurant dans le contrat de mariage qui sera rédigé par votre notaire.

Aujourd’hui, sans contrat de mariage, les futurs époux sont automatiquement soumis au régime légal de la communauté de biens réduite aux acquêts (régime par défaut pour les mariages célébrés depuis le 1er février 1966). Tout ce que les époux acquièrent après le mariage leur appartient en commun (exceptés les biens recueillis par succession et donation). Vis-à- vis des tiers, chacun des deux engage non seulement son patrimoine propre mais aussi les biens communs.

 

Quel est le contrat de mariage le mieux adapté au créateur d’entreprise / chef d’entreprise ?

Il n’existe pas de bon ou de mauvais régime matrimonial, mais il peut exister un régime bien ou mal adapté à ses besoins et à ses projets.

Pour le créateur d’entreprise ou le chef d’entreprise, le choix d’un régime matrimonial est particulièrement important, compte tenu des risques de sa vie professionnelle.

Dans tous les cas, il doit veiller aux conséquences de son activité sur les intérêts de sa famille, afin d’éviter d’exposer le patrimoine familial aux poursuites éventuelles des créanciers de l’entreprise.

 

Est-il possible de modifier son régime matrimonial au cours du mariage ?

La loi autorise en effet le changement de régime matrimonial après deux ans de mariage. Si le couple n’a pas d’enfant mineur, la procédure est facilitée : seule l’intervention du notaire est requise.

Dans le cas contraire, ou si un enfant majeur ou un créancier s’est opposé au changement de régime matrimonial, l’homologation judiciaire est indispensable. La procédure s’effectue devant le juge aux affaires familiales. Par ailleurs, le changement est parfois difficile à obtenir lorsque, par exemple, l’entreprise connaît des difficultés.

Nous vous conseillons de vous rapprocher de votre notaire afin qu’il vous conseille la solution la plus adaptée par rapport à votre situation personnelle et professionnelle.

Les derniers articles

Comment établir correctement son régime matrimonial ?

Rédiger un contrat de mariage chez un notaire afin de choisir votre régime matrimonial permet de vous protéger, mais également votre conjoint et vos enfants. Il s’agit d’un acte...

Contrat de mariage : 6 erreurs à éviter

Il est important de rédiger votre contrat de mariage avec minutie puisque celui-ci organise votre vie commune, mais également le partage de vos biens en cas de dissolution :...

7 points à connaître sur l’acte authentique électronique

Dès 2008, le notariat a mis en place l’Acte Authentique Electronique (AAE). Dans ce cas, le support papier est remplacé par un support électronique. En pratique, cela ne change...

Acte authentique : quels avantages ?

L’article 1369 du Code civil définit l’acte authentique : « L'acte authentique est celui qui a été reçu, avec les solennités requises, par un officier public ayant compétence et...

Les missions du notaire

Le notaire est un officier public agissant pour le compte de l’État dont les missions, d’autorité publique, sont définies par l’ordonnance du 2 novembre 1945. Alors que dans...

Le crowdfunding, un nouveau mode de financement

Le crowdfunding ou participation participatif est la collecte de fonds via des plateformes dédiées afin de financer un projet commun. Toutefois,...

Se pacser à l’étranger

Le pacte civil de solidarité a été mis en place dans de nombreux pays, principalement en Europe. Un point sur les démarches à accomplir si vous souhaitez vous pacser à l’étranger.

Qu’est ce qu’un emplacement réservé ?

Créés à l’occasion de l’adoption ou de la révision d’un plan local d’urbanisme, les emplacements réservés sont destinés à recevoir des voies...

J’optimise la transmission de mon entreprise familiale

Afin de conserver le caractère familial des PME et PME, il est possible de bénéficier d’un cadre très favorable pour la transmission de votre...

Quelles conditions suspensives prévoir lors de ma vente / mon acquisition ?

Lors de la rédaction de la promesse ou d’un compromis de vente, les parties doivent décider des conditions suspensives qui doivent être insérées. Ces conditions devront être réalisées pour la vente, comme l’obtention par l’acheteur de son prêt. Il convient toutefois de bien rédiger ces clauses afin d’éviter tout contentieux ultérieur.

Share This